du palais de la truffe noire

du palais de la truffe noire Carlin

Carlin

Le carlin séducteur malgré lui

 Le carlin séducteur malgré lui

Notre élevage se situe dans une magnifique chêneraie de Dordogne

Vous pouvez nous contacter à tous moments au 05-53-81-09-64 ou 06-14-36-33-94



Nous mettons un point d'honneur à sélectionner nos chiens. Nos chiens sont testés ADN, luxation des rotules et DM Myélopathie Dégénérative

ATTENTION nos chiens restent des êtres vivants




Avec son physique peu commun, le carlin est le compagnon préféré de ceux qui recherchent l’originalité. Mais cela ne doit pas faire oublier qu’il a toutes les qualités d’un bon chien de compagnie.

Une « poupée » pour aristo

Venu de Chine où son aïeul, le Ha-Pa, était le chien favori des empereurs, le carlin fut importé en pays flamand par des navigateurs hollandais. Il fit aussitôt fureur dans toute la bonne société puis il conquit la cour d’Espagne et la noblesse britannique. Par la Grande-Bretagne, il entra en France où il fut le compagnon de Madame de Pompadour. Jusqu’au début du XXe siècle, il resta auprès des aristocrates. Il était souvent élevé au rang de bouffon ; on le déguisait même parfois avec des petits vêtements pour accentuer son physique original. Au début de la révolution industrielle, l’engouement pour ce chien diminua nettement. Il a repris récemment, grâce à d’autres têtes couronnées comme le duc et la duchesse de Windsor. Son nom lui vient de son masque sombre. Au XVIIIe siècle, un célèbre acteur de la Comedia del Arte, Carlo Betinazzi, tenait le rôle d’Arlequin, dont le visage est traditionnellement toujours noir. En souvenir de cet homme, on surnomma ce chien Carlino (diminutif de Carlo), ce qui donna carlin en français.

 

 

 

Il ronronne comme un chat !

Eminemment mondain, le carlin s’ennuie vite si on le laisse seul. En société, il sait tenir sa place, se montre joyeux et se plaît à faire le pitre. Avec son maître, auquel il reste attaché jusqu’à la mort, il est affectueux et caressant comme un chat. D’ailleurs il ronronne ! En fait, il émet de doux grognements modulés quand il est heureux. A la maison, il sert aussi de gardien. Il n’aboie que très rarement mais par ses grognements et son aspect de petit dogue, il sait se montrer dissuasif.

C’est un chien qui aime la ville et s’adapte parfaitement à la vie en appartement. Il aime aussi la campagne.Il se plie à votre mode de vie.Après ces sorties, on inspecte ses yeux, sensibles à la poussière. Pour les nettoyer, on y verse quelques gouttes de sérum physiologique.Uniquement si il y a besoin. Réguliérement on doit également nettoyer les plis de sa face avec un coton  et, l'on peut graisser l’intérieur de ses rides avec de la vaseline. En dehors de ces soins, pas de problème, le carlin n’est pas difficile. Il apprécie  les voyages en voiture à la condition que le véhicule soit bien aéré (en été) mais sans courants d’air, le train, l'avion .....

 

 

Un physique qui ne laisse personne indifférent


Si nombreux sont ceux qui le trouvent assez laid, il déclenche pourtant de véritables coups de foudre. Le carlin ressemble un peu à un mastiff ou à un bull-dog en modèle réduit puisque son poids n’excède pas plus de 10 kilos pour une taille moyenne de 30 cm au garrot. Sa grosse tête, au museau écrasé mais surtout pas retroussé, est marquée de rides profondes qui lui donnent un air perpétuellement préoccupé. Pourtant ses yeux proéminents brillent et pétillent sans cesse. Ses oreilles, douces et petites, sont dites en “rose” (dégagées sur les côtés et laissant voir le conduit auditif) ou, mieux, en “bouton de rose” (la même forme mais nettement plus marquée.

Compact et musclé, il se caractérise aussi par sa queue enroulée sur le dos ou la hanche. L’idéal est qu’elle fasse deux tours sur elle-même. La robe à poil ras argent, abricot, beige ou noir, a des couleurs bien franches, faisant nettement contraste avec sa face noire.

 

 

Des petits chiens gais , joyeux et plein de tendresse et d'amour